18. Donc, tous les états affectifs ont pour fonction de nous indiquer des moyens de pouvoir satisfaire nos besoins innés.

Pour démontrer la symétrie entre la peur et les états affectifs en général, prenons différents exemples qui semblent moins évidents et observons si, effectivement, ces exemples s’analysent de la même façon. Commençons avec la faim. Est-ce que la faim est une réaction à une entrée? Oui, mais pas une entrée consciemment accessible. La faim est une réaction à une évaluation, faite par notre organisme, du taux de sucre dans le sang. Ensuite, si nous avons faim, c’est que cette information est nécessairement traitée par une certaine instruction prescrivant la faim. Enfin, cette instruction est nécessairement établie en relation avec un besoin inné car autrement il serait impossible d’expliquer pourquoi  ce serait cette instruction-là qui serait prescrite (et non pas une autre). Le besoin en question est probablement celui de maintenir le niveau d’énergie nécessaire au fonctionnement de notre corps. Bref, la faim a pour fonction de nous indiquer un moyen de satisfaire un besoin inné, à savoir manger! Les autres états liés à nos besoins corporels fonctionnent tous de la même façon: la soif pour le besoin d’eau, la fatigue pour le besoin de repos, le frisson pour le besoin de chaleur, etc.

Poursuivons avec l’admiration devant un paysage, par exemple. D’abord, cette admiration est évidemment liée à une entrée: le paysage. Ensuite, elle est nécessairement le résultat d’une instruction prescrivant ce sentiment précis en réaction à ce type de stimulus. Enfin, il est nécessaire que cette instruction soit reliée à un besoin inné, sans quoi on ne pourrait pas expliquer pourquoi cette instruction existerait. Le fait que l’admiration nous mène à vouloir continuer à examiner le paysage qui s’offre à nous suggère que ce type d’état affectif sert un besoin de curiosité pour les stimuli nouveaux. Effectivement, c’est sans doute ce besoin que tente de me faire combler mon admiration car, si on imagine que ce paysage se trouvait devant moi à chaque instant de ma vie, l’expérience démontre que je serais pas mal moins en admiration devant lui. En résumé, l’admiration est aussi un état affectif qui me conseille des moyens de satisfaire un besoin.

Examinons enfin l’humeur colérique. Imaginons que quelqu’un m’a insulté ce midi et que, depuis plusieurs heures, je suis d’une humeur colérique. Comme je l’ai dit (no.10) les humeurs sont souvent la continuation de l’émotion initiale. Dans ce cas-ci, elle est la continuation de la colère de ce midi. Elle a donc la même entrée et la même instruction que cette colère initiale. Quel besoin cette colère initiale sert-elle? Je vais élaborer sur les besoins plus tard (no.20), mais déjà on peut comprendre que la colère sert le besoin de manifester aux autres qu’un autre de mes besoins n’a pas été satisfait. Ici, ce besoin non satisfait est sans aucun doute un besoin relationnel: la personne qui m’insulte me fait sentir comme un déchet et cela ne me fait pas du bien. De fait, j’ai besoin de me sentir aimable. Cependant, j’ai aussi le besoin de faire savoir aux autres que mes besoins sont insatisfaits. Sans ce dernier besoin, j’aurais simplement avalé la pilule. C’est donc ce dernier besoin qui explique pourquoi je suis en colère.

Cependant, c’est aussi ce même besoin qui explique pourquoi la colère continue. En effet, quand je suis en colère, l’événement qui l’a causée est constamment rejoué dans ma tête. Au fond, cela revient au fait que les humeurs jouent aussi le rôle d’instructions temporaires. Quand je repense au fait que j’ai été insulté, cela produit une nouvelle pointe de colère et je cherche quelle aurait été la meilleure façon de me défendre, qu’est-ce que je pourrais maintenant faire pour me venger ou encore comment je pourrais lui exprimer mon désir d’être respecté. De plus, l’instruction temporaire produite par mon humeur fait de sorte que ma colère sera déclenchée beaucoup plus facilement que d’habitude. Par exemple, je vais plus facilement engueuler ma fille et mon épouse pour des irritants mineurs que j’aurais habituellement refoulés. Cependant, tous ces épisodes auront la même fonction: indiquer aux autres qu’un de mes besoins est insatisfait. Bref, l’humeur de colère est aussi un état qui me conseille des moyens de satisfaire un besoin.

J’ai donné un exemple d’état physiologique, un exemple d’émotion plus vague et un exemple d’humeur. Je pense que la variété de ces exemples peut nous donner confiance dans le fait que mon analyse de la peur était suffisamment générale pour s’appliquer à tous les états affectifs. En résumé, les états affectifs ont pour fonction de nous indiquer des moyens de satisfaire nos besoins innés.

Article précédent

Article suivant

Retourner à la liste des phrases

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s