33. De plus, l’émotion semble être le seul candidat possible de la cause de l’action car la raison ne peut pas fournir d’idée des moyens (la raison ne peut pas découvrir les conséquences d’une action dans un monde donné).

Si les idées des moyens ne viennent pas des émotions, d’où pourraient-elles venir? Je ne vois qu’une seule possibilité, à savoir de la raison. Cependant, nous avons vu (no.29) que la raison est le domaine de l’analyse logique. La question ici est donc celle de savoir si l’analyse d’une situation peut permettre de trouver des moyens de satisfaire un désir. À mon avis, la réponse est non. En effet, les idées des moyens dépendent du monde dans lequel nous vivons. Or, le monde comporte certaines lois, règles et habitudes. Pour pouvoir naviguer dans ce monde, notamment afin de répondre à nos désirs, il faut donc connaître ces lois, règles ou habitudes. Par exemple, supposons qu’une personne me salue. Pour réussir à établir un contact positif  avec cette personne (ce qui pourrait me permettre de combler un besoin d’attachement), il faut que je sache comment réagir à ce signe. Toutefois, il est impossible de réfléchir abstraitement sur le monde et réussir à en trouver les règles. L’analyse du monde ne suffit donc pas pour parvenir à satisfaire mes désirs. Revenons à l’exemple. Si j’analyse le signe de la main que la personne m’envoie, il est impossible de déterminer logiquement une façon unique d’agir qui permettrait de satisfaire mon désir. Dans un monde donné, il faudrait peut-être lui cracher au visage pour lui montrer que je veux partager une intimité avec elle. Dans un autre il faudrait faire deux tours sur soi-même pour démontrer mon ouverture à elle. Dans tous les cas, la seule analyse de la situation ne peut permettre de trouver une réponse logique quant à la façon adéquate de réagir dans le monde présent.

En fait, pour connaître les lois, règles et habitudes du monde, nous avons nécessairement besoin d’une expérience de ce monde. Nous avons besoin de nouvelles informations qui ne peuvent pas provenir d’une analyse. Ces informations proviennent d’un processus de synthèse de notre expérience passée. Or, comme nous l’avons vu, les émotions sont une forme de synthèse de l’expérience passée. (L’autre forme est la mémoire motrice. Par exemple, comment satisfaire mon désir de rouler à vélo? Mon corps le sait. Je ne parlerai pas plus de la mémoire motrice car elle est plus ou moins insignifiante dans le contexte présent.) Pour finir mon exemple, quand une personne me salue, mes émotions me suggèrent ce qu’il faut faire pour m’en faire une amie, et ce en s’appuyant sur mon expérience passée de notre monde. Il me suffit de la saluer à mon tour, de sourire, puis de risquer un petit commentaire anodin et drôle si possible, tout cela sans jamais laisser paraître que je veux qu’elle soit mon amie. Bref, il nous faut une expérience du monde pour savoir comment naviguer dans ce monde, notamment afin de satisfaire nos désirs. Par conséquent, puisque les idées des moyens ne peuvent pas provenir de la raison, elles ne peuvent que provenir des émotions.

Article précédent

Article suivant

Retourner à la liste des phrases

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s